Gotham City Imposteurs : on y a joué !

Après un Batman : Arkham City particulièrement réussi, Warner Bros. Interactive continue d'exploiter la célèbre licence de DC Comics. Mais Gotham City Imposteurs joue dans un tout autre registre puisqu'il s'agit d'un First Person Shooter exclusivement multijoueurs, et disponible uniquement en téléchargement. Si la sortie est prévue pour janvier 2012 et la beta publique pour les prochains jours, nous avons déjà pu disputer quelques parties la semaine dernière dans les locaux londoniens de Warner.

Make a video of your own at Animoto.



Gotham City ImposteursSans mode solo ni véritable scénario, Gotham City Imposteurs se concentre sur des affrontements rapides à 12 joueurs. Une équipe de six Bats affronte une équipe de six Jokerz, ces deux camps étant constitués de quidams costumés comme leurs modèles de références. Hé oui, ne vous attendez pas à croiser vos super-héros et super-vilains favoris, il faudra en réalité vous contenter de leurs succédanés, version cosplay du pauvre. Ce qui pourrait passer pour une lacune impardonnable participe en réalité à l'ambiance totalement décalée dans laquelle baigne le jeu. Avec leur look improbable et leurs costumes volontairement ringards, les participants s'étripent plutôt dans la bonne humeur. Sans qu'on sache trop bien pourquoi, il se dégage des parties une atmosphère très "second degré et humour british" (même si les développeurs sont américains). Peut-être est-ce dû à la possibilité de combattre en slip rose avec des chaussons-lapins aux pieds ? Manifestement gay-friendly, le jeu met en effet l'accent sur la personnalisation des costumes. Les différents éléments peuvent être achetés grâce à des points spécifiques gagnés au fil des combats... ou même contre de l'argent réel pour ceux qui voudraient frimer avant les autres. La customisation touche également d'autres pans puisqu'on peut même modifier la voix de notre personnage, et qu'on débloque au fil du temps des nouvelles armes, des accessoires inédits, des logos toujours plus délirants, etc.

Sans qu'on sache trop bien pourquoi, il se dégage des parties une atmosphère très "second degré et humour british" (même si les développeurs sont américains)."

 

Gotham City ImposteursDes fonctionnalités sympathiques, tout comme le sont d'ailleurs les différents gadgets disponibles. Selon ses préférences, on pourra par exemple s'équiper d'un grappin, de patins à roulettes, d'ailes planantes ou encore de super-bottes. Et utiliser alors au mieux certains éléments de décors (rebords, rampes, bouches d'aération soufflant de l'air chaud....) pour atteindre facilement les toits et autres plateformes situées en hauteur. Les maps semblent beaucoup jouer sur la verticalité, ce qui multiplie évidemment les possibilités d'approche et de contournement. Les gadgets ne sont pas tous dédiés aux déplacements, certains se révélant plus offensifs (le cadeau piégé qui se comporte comme une mine) ou défensifs (la bombe de fumée qui garantit une quasi-invisibilité). Combinés ensemble, ces deux exemples peuvent faire un malheur dans les modes de jeu les plus subtils. Hélas, ces derniers ne sont guère nombreux. Pour l'heure, il y a en tout et pour tout trois modes seulement. Le premier est le sempiternel "Match à mort", où il fait bon être équipé des armes les plus puissantes. Peut-être un peu trop efficace pour le moment, le lance-roquettes a d'ailleurs eu beaucoup de succès lors des parties que nous avons disputées. Un poil plus original, le mode "Psychological Warfare" est une variante du classique CTF. Le but est de ramasser une batterie et de l'amener à sa base pour alimenter une machine de lavage de cerveau. Si on arrive à la défendre pendant une petite trentaine de secondes, le dispositif se déclenche et empêche temporairement les adversaires d'utiliser leurs armes et leurs gadgets ! Ces derniers peuvent tout de même distribuer des baffes, afin d'arrêter la machine ou d'humilier un opposant (qui risque tout de même de sortir vainqueur du combat puisque lui peut toujours utiliser ses armes).

"Espèce de mytho !"


Gotham City ImposteursEnfin, le mode"Fumigation" reprend à son compte le principe de la "Domination". Trois points de chaque map doivent être capturés et tenus le plus longtemps possible. L'équipe qui en contrôle le plus voit son pourcentage de victoire augmenté, jusqu'à la limite finale. Pourquoi le nom de "fumigation" alors ? Parce que la fin de partie est symbolisée par une invasion de chauve-souris si les Bats gagnent, et par la dispersion d'un gaz toxique si ce sont les Jokerz qui l'emportent. Rien de révolutionnaire donc, puisqu'il s'agit d'un gimmick uniquement cosmétique, qui ne dure que deux ou trois secondes. C'est d'ailleurs pour cela que nous craignons que Gotham City Imposteurs laisse certains joueurs sur leur faim. Avec un univers aussi fort que celui de Batman et un traitement aussi décalé, il y avait matière à élaborer des modes de jeu réellement loufoques. Heureusement, le prix de vente prévu rend tout de suite plus indulgent puisqu'il devrait être inférieur à 15€. Et sachant que c'est le studio Monolith Productions  qui se trouve aux commandes (souvenez-vous : Condemned, F.E.A.R., les cultissimes No One Lives Forever...) tous les espoirs sont encore permis !

Gotham City Imposteurs

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site